Jeanne TARIS – Gitans de Perpignan : et demain …


Elle aurait aimé être… correspondante de guerre. Ses travaux photographiques célèbrent toujours «  au plus près » l’échange avec les sujets dans une approche flirtant avec l’immersion totale. Si le  cliché pour l’artiste n’est pas une fin en soi, il évoque toujours « sur le vif » des tranches de vie sous  la forme d’instantanés, de portraits intimistes puissants ou encore des scènes de vie fragiles ne    laissant place à aucun voyeurisme ni paternalisme. Un regard libre au service de cultures parfois  reculées et inaccessibles pour le commun des mortels tout en s’appuyant sur une démarche quasi sociologique.




EXPOSITION JDR BOURISP 2018: Les Gitans de Saint-Jacques


Ils sont six mille, peut-être sept mille, gitans à vivre dans le quartier Saint-Jacques, au cœur  historique de Perpignan. Dans cet entrelac de ruelles, les maisons sont délabrées, insalubres parfois,  les enfants sont dehors jusque tard dans la nuit, peu vont à l’école. Les femmes, assises sur des  chaises pliantes, sur le pas de leur porte les regardent jouer tandis que les hommes, souvent absents,  font la sieste ou se retrouvent sur les places du quartier.
Depuis des années, la drogue ronge la jeunesse. À Saint Jacques, peu de gens travaillent, beaucoup  vivent des allocations. Le tableau est noir. Les clichés ont la vie dure. Et beaucoup disent que le futur  ne s’annonce pas meilleur. Et pourtant, Jeanne Taris la « payo» a passé de longues heures assises à  leurs côtés sur les trottoirs, les a photographiés les jours de fête et les matins quotidiens.
En arrivant à Saint-Jacques désormais, elle ne manque jamais d’aller saluer Jeanne, Marceline,  Joseph, Ange, Monique, Pacheco, Chatou, Désiré, Thierry, Antoine, Pitchuro, Ismaël… Jeanne s’est  rendue à plusieurs reprises dans ce quartier, que certains n’hésitent pas à appeler ghetto. Elle a passé  des journées, des nuits, une fête de Noël et un jour de l’an avec les Gitans de Saint Jacques. En  cherchant la lueur d’espoir, la joie, la convivialité qui malgré tout transparaît. 


Partenariat BARROBJECTIF Extraits du contenu publié dans Barrobjectif 2017, Photographes 2017 par laurenn. 

http://barrobjectif.com/jeanne-taris-les-gitans-de-saint-jacques/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire